Angoisse

Tout le monde connait l’ angoisse de la page blanche. On est là, on se dit: « tiens j’ai envie de dessiner », on prend une page, on pause le crayon, et on a le cerveau qui plante. Soit, il transmet plusieurs informations à notre main, et on ne sait pas quoi choisir, commence alors un dilemme intérieur qui se conclu souvent sur un match nul. Soit, il transmet une idée mais on ne sait pas comment la réaliser, dans ce cas là autant se lancer arrivera ce qui doit arriver. Soit, notre cerveau à tout simplement arrêter de transmettre. Il ressasse sans pour autant arriver à penser nettement, donnant clairement la sensation que l’on est humain que jusqu’à ce que l’on ne soit plus rien. À ce moment là ce qui se passe dans notre tête est un moment de haute philosophie, être ou ne pas être un artiste? Dans ce cas là, lancez vous dans un petit exercice de dessin automatique, au moins vous dessinerez un peu et, qui sait, peut-être un chef-d’œuvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.