Blanc

Résultat de la combinaison de toutes les couleurs du spectre, il symbolise la sagesse, le savoir. Couleur ultime de l’équilibre et de l’harmonie, il évoque le bon, le pur, le propre, la paix intérieure, la divination, l’inspiration, la clairvoyance, la paradis blanc éblouissant.

Le blanc signifie brillant, clair, sans tache mais aussi nu. Bien qu’il contienne la totalité des couleurs du spectre lumineux, il apparaît à l’œil humain comme une absence de couleur. L’arc-en-ciel et le blanc sont liés, l’un présente la lumière fragmentée, décomposée, l’autre est lumière et renferme toutes les couleurs de l’arc en ciel. Comme ça contre couleur, le noir, le blanc peut se situer à une extrémité du cercle chromatique. Absolu, il n’as pas de nuance, hormis la possibilité d’être mat ou brillant.

Tantôt au commencement, tantôt à la fin de toutes choses, il est la lumière de la naissance et le moment de la mort, tout deux moments transitoires, à la charnière du visible et de l’invisible, de l’onirique et du réel, et donc un autre départ. Il n’a pas de limite, il est couleur de passage, de rites, de mutations de l’être et d’initiation. Le blanc de l’Ouest est le blanc mat de la mort, il absorbe le soleil qui s’y couche. Le blanc de l’Est, est celui de l’aube, de la renaissance. l’un descend de la brillance à la matité, l’autre monte de la matité à la brillance, suspendu entre absence et présence, entre lune et soleil, silence absolu qui renferme tout le potentiel riche et créatif de la vie ou tout peut naître. Dans toutes pensées symbolique, la mort précède la vie, toute naissance étant une renaissance. de ce fait, le blanc est la couleur de la mort et du deuil. c’est encore le cas dans tout l’orient, ce le fut aussi longtemps en Europe, notamment à la cour des rois de France.

Il est le vampire qui cherche à s’abreuver de rouge, couleur du linceul, de tous les spectres, des revenants et de toutes autres apparitions, des os des dents et du crane. Ceci explique pourquoi le premier homme blanc à avoir foulé les terres du sud du Cameroun, est été appelé le fantôme-albinos (Nango-Kon), il fit d’abord fuir toutes les populations qu’il rencontrait, après quoi, rassurés sur ces intentions pacifiques, chacun s’en revint lui demander des nouvelles de ses parents décédés, qu’il était évidemment censé connaitre, puisqu’il venait du pays des mort…

Passif et neutre, l’être y est inhibé. C’est le refuge de l’âme. Il montre l’instant où rien n’a encore été accompli. Couleur de la pureté, à l’origine, blancheur virginale, en Afrique noir, pour marquer une rupture avec le corps social, veuvage ou circonspection, on se peignait de blanc le visage et parfois tout le corps.  Le blanc est l’image de l’éveil en devenir, de riches promesses, de virtualité, de lait. Il évoque celui qui marche vers la mort, mais aussi celui qui se relève victorieux, qui renaît de l’épreuve. Le baptême se fait tout vêtu de blanc, ce rites initiatique s’appelait l’illumination. Le blanc est un symbole d’affirmation d’être vivant né à la vie véritable spirituelle, responsable, assumée et reconnue comme tel. Les druides sont vêtus de blanc comme la plupart des membres de la classe sacerdotale, sages dont l’Essence est lumière. Il évoque le savoir et la connaissance, comme le lotus de bouda.

Couleur initiatrice, de révélation, d’éveil, d’éblouissement de la transfiguration de l’Être, il est l’expression de la lumière intérieure. La mise en terre dans un drap blanc est un symbole de mariage avec la terre. La robe de mariée, la robe qui va vers le mariage, est une robe de soumission et d’approbation de la fiancée vierge et pure. Il symbolise l’Un et le Tout, couleur de pureté et de propreté par ce coté passif, neutre et immuable. C’est la couleur de l’innocence originelle, non encore souillée de sang et d’influences extérieures. C’est aussi la couleur de ceux qui ont connu dieu, et elle se manifeste de façon visible par la présence de l’Auréole blanche, couleur de la Grâce, de la compréhension liée au sacré.

Il est opposé aux ténèbres maléfiques  et désigne le bien. Il est aussi opposé à la séduction des couleurs et au rouge du sang vital, il désigne alors l’absence et la pâleur de la mort. Les symboles ont la particularité de pouvoir désigner à la fois une chose et sont contraire, le blanc ne fait pas exception, vie, mort, absence, somme de toutes les couleurs, de tous les possibles, vieillesse, vide et angoisse de la page blanche, il est créatif, laissant le chemin libre.

Rappel de cour : La couleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.