Rose

Le rose est la seule couleur lavée de blanc qui ne porte pas le même nom que sa teinte dominante, on ne dit pas « rouge pâle » mais rose. Elle évoque un besoin d’équilibre et de calme. Couleur timide, tendre et douce elle figure la légèreté, la délicatesse, la séduction, le romantisme, la gourmandise. Elle témoigne d’une personnalité sensible.

La rose était chez les grecs une fleur blanche, mais lorsque Adonis, protégé d’Aphrodite fut blessé à mort, la déesse courut vers lui, se piqua à une épine et le sang colora les roses qui lui étaient consacrées. Roses rose, de la fleur à la couleur, est un mélange de blanc pure et de rouge sang. Au VIIéme siècle, le tombeau de Jésus-Christ était peint d’une couleur mélangé de blanc et de rouge passant du profane au sacré, de la passion à la pureté, de l’amour transcendant à la sagesse divine. Sang répandu et symbole de renaissance mystique, le rose est alors l’image du renouveau et de la régénération.

Comme toutes les couleurs, le rose est ambivalent, du roman à l’eau de rose mièvre et sentimentale, à l’érotisme pure, au sexe et son commerce, de voir la vie en rose à ce n’est pas tout rose. Le rose est naïf, innocent, rose bonbon, quand on l’associe au bébés de sexe féminins. Le rose est scandaleux, érotique, tabou, téléphone rose, comme le scandale des balais roses de 1959, qui  faisait référence à la prostitution de très jeunes enfants. Mais aussi rose sensuel de la nudité, de l’intime, c’est la couleur de la chaire organique par excellence. En médecine, on considère,  que la couleur rosée de certains organes est signe de bonne santé. Au moyen age, le rose était symbole de virilité porté par un homme; alors qu’aujourd’hui, il peut vite soulever des questionnements d’identité, d’appartenance, et joue un double jeu.

Malgré cette ambivalence, le rose est une couleur très positive. Il évoque la fleur du même nom, remarquable par sa beauté, sa forme et son parfum. Comme les pétales fragiles, il suggère une personnalité sensible, calme, timide, tendre et douce comme lui. Il reste cependant une couleur dynamique qui évoque la séduction et le romantisme, tel l’amour pur, fidèle, dévoué et platonique. On l’associe également à la tendresse, la légèreté, la délicatesse et le bonheur. Certes un peu ingénu et candide, il reste la couleur de la jeunesse, ni blanc ni rouge, capable de passé de l’un à l’autre à tout moment pour se nuancer de sensibilité.

Rappel de cour : La couleur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.