Accueil

Bonjour et Bienvenue à vous !

Le Labo-d est un espace dédié à l’apprentissage du dessin. Ici nous vous proposons, à chaque vacances, des exercices de dessin, à faire chez vous comme vous voulez, quand vous voulez et si vous voulez.

Nous n’avons pas la prétention de vous proposer une méthode miracle pour apprendre à dessiner. Si cela vous intéresse cependant, nous abordons et aborderons plusieurs approches possibles du dessin. Ainsi pour tous ceux qui débutent, la page A to Z propose un ordre de réalisation des différents exercices.

L’année 2017 traversera la thématique de la couleur.

 

Bonne visite.


Mise à jour : La couleur

 

Introduction :

Tout le monde possède un certain sens de la couleur, si vous ne comprenez ou ne percevez tout simplement pas la différence entre fuchsia et magenta, ne paniquez pas, avec un peu d’entrainement vous verrez de plus en plus de nuances. Cependant votre goût vous est propre et il déterminera votre façon d’associer les couleurs. Lorsqu’un goût est communément rependu, l’on parle alors de mode, de mouvement picturale, voir d’idéologie selon si le symbolisme des couleurs était associé à des valeurs morales. La symbolique d’une couleur dans une oeuvre dépend de son rapport à l’oeuvre mais aussi à la société et à l’époque dans laquelle se trouve l’oeuvre. L’intemporalité d’une oeuvre est sa capacité à raisonner différemment suivant l’évolution des mœurs, de la technologie, et des faits historiques.

C’est quoi une couleur ?

C’est une fréquence lumineuse, à ce titre il existe deux types de couleur : la couleur émise et la couleur absorbée.

Cercle chromatique lumineux :

La couleur émise est une lumière, dont nous ne percevons que les fréquences comprise entre 380 (violet) et 780 (rouge) nanomètres.  Ces fréquences correspondent à la décomposition visuelle de la lumière blanche, le fameux arc-en-ciel (spectre continu de la lumière blanche). L’addition de ces différentes lumières recompose donc la lumière blanche. C’est pourquoi il a été possible d’établir un cercle chromatique de la lumière, et de définir les 3 couleurs primaires, qui additionnée ensembles, reconstitue la lumière blanche : Rouge – Vert -Bleu, le fameux RVB de votre écran de télé. Quand aux 3 couleurs secondaires de la lumière (magenta, cyan et jaune), elles constitue une lumière « noire » si on les additionnent, c’est à dire qu’elles filtrent toutes les fréquences perceptibles pour notre œil.

Cercle chromatique en peinture :

Les objets sont coloré car leur surfasse absorbe une partie de la lumière et renvoie le reste à notre oeil. En lumière, un filtre rouge absorbe toutes les fréquences qui ne sont pas rouges, une tomate n’absorbe pas la lumière rouge, si vous l’éclairée de lumière blanche ou rouge, elle reste rouge, mais si vous l’éclairée de bleu ou de noir, elle sera noire, car aucune lumière rouge ne pourra être renvoyée par sa surface et qu’elle absorbe le vert et le bleu.

En peinture nous utilisons le cercle chromatique secondaire de la lumière : Cyan, Magenta et Jaune, et devons composer avec des pigments blancs ou noirs (qui ne peut pas être reproduit à partir des 3 couleurs primaires – on n’obtiendra jamais un noir pur à partir d’un mélange de pigments); à ce titre le blanc, le noir et toutes les nuances de gris sont qualifiés de nuances et non de couleur, car on ne peut les obtenir à partir des couleurs primaires.

Il existe donc les couleurs primaires : Cyan, Magenta et Jaune, qui selon les école devient Bleu, Rouge et Jaune, les couleurs secondaires : Orange Vert et Violet. Quand aux couleurs tertiaires, elles sont le mélange des couleurs secondaires avec leurs couleurs primaires, à qui chaque fabriquant donne un nom plus ou moins imagé, bleu outremer pour un bleu-violacé, ou carmin pour un rouge-orangé, émeraude pour un bleu-vert…

Exercice part 1 :

Prenez un crayon de couleur rouge, un jaune et un bleu clair, sur un papier Canson à grain moyen, expérimentez les mélanges de deux couleurs  pour obtenir un nuancier de couleur primaires à tertiaires, en jouant sur l’intensité de chaque couleurs dans les mélanges.

Les gammes des verts, orangés et violacés, s’obtiennent en mélangeant deux primaires avec des intensité différentes, toujours en commençant par la couleur dominée.

Les couleurs complémentaires :

Deux couleurs sont dites complémentaires, lorsque côte à côtes, elle produisent un contraste maximal, sur le cercle chromatique elles sont diamétralement opposées : Jaune/Violet, Cyan/Orange, Magenta/Vert. Deux couleurs – une primaire et une secondaire – sont donc complémentaires si la primaire n’est pas intervenue dans la création de la secondaire. Le même rapport s’établi pour les couleurs tertiaires et secondaires.

Le mélange des couleurs complémentaire est un exercice subtile qui permet d’obtenir toute la gamme des ocres, terres, gris colorés, verts rompus et autres couleurs subtiles. Elles s’obtiennent pas un mélange en quantité très inégales des couleurs complémentaires. Il est souvent nécessaire d’y ajouter une pointe de blanc, lorsque la couleur prédominante est foncée. Les couleurs résultant des mélanges de complémentaires sont appelées des couleurs « neutres ».

Exercice part 2 :

Reproduisez ces trois nuanciers et ajouter leur la couleur complémentaire, vous obtiendrez en vrac, des verts dénaturés, des gris colorés, des ocres, des marrons.