Accueil

Bonjour et Bienvenue à vous !

Le Labo-d est un espace dédié à l’apprentissage du dessin. Ici nous vous proposons, à chaque vacances, des exercices de dessin, à faire chez vous comme vous voulez, quand vous voulez et si vous voulez.

Nous n’avons pas la prétention de vous proposer une méthode miracle pour apprendre à dessiner. Si cela vous intéresse cependant, nous abordons et aborderons plusieurs approches possibles du dessin. Ainsi pour tous ceux qui débutent, la page A to Z propose un ordre de réalisation des différents exercices.

L’année 2017 traversera la thématique de la couleur.

 

Bonne visite.


Mise à jour :  vert

 

Il annonce le printemps, la renaissance, le renouveau, et l’espérance liée à cette saison. Le vert foncé est associé à la terre, le bleu-vert à l’eau. Il évoque la nature, l’oxygène, l’abondance, l’équilibre, la paix. Il protège de la cupidité et de la jalousie. Le vert apaise le corps et l’esprit, invite au repos qui ressource et calme le système nerveux. C’est une couleur de réconfort qui pousse à créer des liens, des connections et interactions sociales. Il lutte contre les troubles émotionnels et tend vers l’équilibre.

Le vert est une couleur facile à obtenir mais chimiquement très instable (sa composition chimique est proche voisine de l’arsenic, et un mauvais dosage peut devenir fatal). Les jeunes pousses annoncent la terre qui reverdie et ressuscite. Il évoque la fertilité, la jeunesse, l’espérance (promesse des récoltes),la végétation, du miracle de la vie et de la nature.

Le vert est aussi doté d’une puissance bénéfique régénératrice. Au Moyen-âge la toge des magiciennes et des médecins qui utilisaient les plantent étaient verte et symbolisaient la santé et le bien-être. Aujourd’hui cette symbolique perdure dans l’utilisation de la croix verte des pharmacies par exemple. Il évoque la longévité de la vie mais aussi l’immortalité. Le Graal, souvent représenté comme un vase d’émeraude ou de cristal vert, percerait tous les secrets et donnerait la vie éternelle.

Équidistant du bleu céleste et du rouge infernal, tous les deux absolus  et inaccessibles, le vert, valeur moyenne, entre le chaud et le froid, le haut et le bas, se veut rafraîchissant, printanier, nourricier et humain. Le vert est terrestre, mais il symbolise aussi l’inhumain; dragons, monstres et autre martiens au sang vert. Le vert est tiède, il marque le renouveau du règne végétal et le cycle des saisons, le réveil de l’hibernation.

Le vert est secret, associé à de multiples vertus, il est souvent lié au rouge. Perséphone déesse du printemps est liée aux enfers pour avoir croqué un grain de grenade. Rouge et vert sont complémentaire dans le cercle chromatique et sont un symbole sexuel fréquent. Osiris le vert régénère Isis la rouge. La montée de la vie part du rouge et s’épanouit dans le vert, l’homme féconde la femme, la femme nourrit l’homme; le rouge est une couleur mâle, le vert une couleur femelle.

Il évoque la paix, comme souvent exprimé par l’expression « se mettre au vert », s’éloigner du stresse et de l’hyperactivité de la vie citadine pour retourner au sources et aborder un retour à la nature. Enveloppant, calmant, tonifiant, il est l’oasis dans le désert et indique le chemin de la vérité sous des apparences parfois absurdes. Bénéfique, vert paradis des amours infantiles, il cache une connaissance profonde, occulte des mystères de la mort et de la renaissance. Les Égyptiens craignaient les chat aux yeux verts et punissaient de mort qui tuerait un tel animal.

Le vert porteur de vie mais aussi de mort, au vert des jeunes pousses s’oppose le vert de la moisissure et de la putréfaction. Le vert à un côté nocturne comme le langage le connote, on peut « rire vert », être « vert de peur » comme « vert de froid » ou « vert de rage ». L’émeraude pierre de pouvoir est aussi la pierre de Lucifer avant sa chute. L’acidité et diverse créatures démoniaques sont souvent représenté de cette couleur. Il représente alors, le mal, le poison, les défauts, les transgressions, les langues fourchues et versatiles. Très instable, il évoque ce qui bouge et l’incertain, la jeunesse éphémère, le destin, le jeu, la chance et la malchance, la fortune et l’infortune. Les tables des jeux de casinos sont vertes tout comme les billets de dollars et les terrains de sport. C’est aussi une couleur pleine de superstitions; Molière étant censé être mort en vert, les comédiens refusent de porter du vert sur scène.

Une couleur aux renversements toujours possible du symbole, comme la forêt amazonienne, l’Enfer vert ou poumon du monde. Notre époque célèbre le vert depuis que la civilisation industrielle menace cette nature de mort. Le vert est écologique, nostalgique, un éternelle résolution de contrastes où Crépuscule et Aube se confondent en s’équilibrant en rayon vert à l’horizon. Cependant, c’est la couleur la plus calme qui soit, la paie du vert serait celle de la neutralité. Il n’est pas fait pour fermer les portes, mais pour les ouvrir à la réflexion. Le vert garde un caractère étrange et complexe, qui tient de sa double polarité, son oscillation, sa dualité.